VERS UNE DISPENSATION DES ARV DANS LES PHARMACIES PRIVEES ?

Facebook Twitter Linkedin

La stratégie de dispensation communataire des antirétroviraux (ARV) au Cameroun a été adoptée en 2015. Elle met en place trois (03) méthodes de dispensation des ARV dans le cadre de la prise en charge des Personnes vivant avec le VIH (PvVIH):

  • la dispensation communautaire des ARV par les Organisations à Base Communautaire (OBC),
  • la dispensation communautaire par les groupes de soutien ou club d’observance,
  • la dispensation communautaire des ARV par les groupes communautaires de thérapie antirétrovirale.

Ces méthodes visent à répondre aux difficultés d’accès des ARV que vivent les PvVIH en désengorgeant les Formations Sanitaires (FOSA) à fortes files actives et à contribuer à la retention des PvVIH sous traitement. Néanmoins, depuis 2017, un seul modèle a déjà été implémenté, à savoir la dispensation par les OBC. Quelques années après son implémentation, son évaluation s’est imposée et l’idée de la dispensation des ARV dans les pharmacies voudraient être explorée suite à l’expression du besoin par les bénéficiaires. Dans l’optique donc de murir la réflexion, le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) a convié divers partenaires à une réunion sur la prospective et l’examen des possibilités de dispensation des ARV dans les pharmacies privées ; laquelle s’est tenue le vendredi 19 février 2021 dans la salle de réunion du CNLS. La société civile y a été représentée par la CSCC-SANTE, RECAP+, Affirmative Action et Horizon Femmes.

L’objectif général de la réunion était de mener une réflexion avec les acteurs institutionnels sur la faisabilité de la stratégie de dispensation des ARV dans les pharmacies privées.

Au terme des échanges, on retient que le modèle de la dispensation des ARV dans les pharmacies étant le vœu des bénéficiaires (PvVIH) pourrait être exploré au Cameroun. Néanmoins, il est nécessaire tout d’abord de capitaliser et de renforcer la dispensation communautaire des ARV dans les OBC avant de l’envisager. Il importe enfin d’approfondir et de murir l’étude en prenant en compte les points suivants :

  • La gratuité de la dispensation des ARV dans les pharmacies privées ;
  • L’analyse des facteurs suivants : le coût de l’investissement, l’aménagement précis dans les pharmacies privées, la disponibilité des ressources humaines qualifiées, la motivation du personnel, le modèle de financement adéquat à ce modèle de dispensation, la pérennité de ce modèle ;
  • L’orientation de la réflexion sur l’approche Partenariat Public-Privé (PPP) de lutte contre le VIH ;
  • La mise en place d’un groupe technique de travail pour murir la réflexion ;
  • L’implication de l’ordre des pharmaciens du Cameroun dans la réflexion ;
  • L’élaboration d’un document d’aide à la décision qui devra être présenté à la hiérarchie.

La mise en oeuvre de ces propositions contribuera certainement à des solutions amélioratives à impact durable dans la réponse nationale contre le VIH/Sida au Cameroun.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *