Santé communautaire: Le cadre réglementaire examiné

Facebook Twitter Linkedin

Les textes juridiques devant encadrer la nouvelle orientation de la participation communautaire au Cameroun étaient au centre d’un atelier de 6 jours entre juristes et experts en santé communautaire à Ebolowa.

La participation communautaire, élément essentiel dans le système de santé n’a pas connu de beaux jours au Cameroun. La faute à l’absence du statut de l’agent de santé communautaire polyvalent et de coordination de ses activités de santé ainsi que des problèmes liés aux activités des différents partenaires ( Collectivités Territoriales Décentralisées, Partenaires Techniques et Financiers, et autres secteurs apparentés). C’est donc pour redynamiser cette branche de la santé que le Ministère de la Santé publique à travers la Direction de l’Organisation des Soins et de la Technologie sanitaire, a réunis autour de l’Agence Camerounaise pour le Marketing Social (PTF), des experts en santé communautaire et des juristes, pour concevoir un projet d’arrêté.

D’ores et déjà, il faut noter que la participation communautaire en santé est un processus dans lequel les individus et les familles d’une part, prennent en charge leur propre santé et leur bien-être comme ceux de la communauté, et d’autres part, développent la capacité de concourir à leur propre développement, comme à celui de la communauté. Les acteurs de cette activité sont l’agent de santé communautaire polyvalent (ASCP), les structures de dialogue, et les organisations à base communautaire.
L’ASCP est un homme ou une femme, appartenant à une communauté, choisi et soutenu par celle-ci. Il est formé pour s’occuper des problèmes de santé, sous la supervision des services de santé de sa communauté. Il doit résider au sein de la communauté, et doit y avoir une bonne réputation. Quelques unes des qualités requises sont : Etre capable de s’exprimer dans la ou les langues locale(s), savoir lire et écrire l’anglais et/ou le français .

Dans le cadre des missions reconnues à l’ASCP, il y’a notamment la mise en œuvre des activités promotionnelles, préventives et curatives, de surveillance et de réhabilitation au sein de la communauté .

L’ensemble des actives conduites à la fois au bénéfice des communautés et du système de santé donnent de considérer l’ASCP comme une courroie de transmission entre les services de santé et sa communauté. C’est d’ailleurs ce qui explique qu’il soit rattaché aux structures de dialogues de sa zone de compétence, à savoir le comité de l’Aire de santé (COSA) et le comité de santé de District(COSADI), qui sont les principaux coordonnateurs de ses activités. Dans l’exercice de ces fonctions l’ASCP bénéficie de deux types de motivations : une motivation financière et une motivation non financière. Outre les avantages liés à son service tels que les consultations gratuites et les réductions des coûts sur les prestations de santé dont sa famille et lui pourraient avoir besoin, l’ASCP n’est pas un fonctionnaire de l’administration publique. Néanmoins, il bénéficie d’une prise en charge mensuelle par les collectivités territoriales Décentralisées sur la base du SMIG.

Avec la mise en oeuvre de la Couverture Santé Universelle au Cameroun, il est de bon ton que tout soit mis en place pour que les populations où qu’elles se trouvent puissent bénéficier des soins de santé de qualité et à moindre coût. C’est pourquoi la rencontre était importante. En plus de redorer le blason de cette activité, le travail de l’ASCP avait besoin d’être recadré et reconnu. Reste maintenant la soumission du texte pour validation par la haute hiérarchie.

✍🏽Marcelle EPEE/ Celcom/ Minsanté

Diplômé en marketing et management des opérations. - Formateur pratique en gestion et utilisation des outils de capitalisation numérique. - Responsable de la communication et du plaidoyer pour la Coalition des organisations/associations et réseaux d'associations santé du Cameroun. - Gestionnaire de la plateforme santé et droits humains healthymboa.org projet Fond Mondial- NFM3.

Facebook Linkedin Pinterest YouTube

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *