Présentation du rapport annuel 2021 des violences et violations faites aux minorités sexuelles et de genre au Cameroun

Facebook Twitter Linkedin

Chaque année, la Plateforme Unity, à travers son observatoire, veille et surveille les droits humains des personnes minorités sexuelles et de genre au Cameroun. Avec l’appui de ses 34 organisations membres reparties dans les 10 régions du pays, elle documente les violences et violations dont sont victimes les membres de cette communauté et leurs défenseurs.

Ce processus est sanctionné par la production d’un rapport annuel national de violations et de violences qui est ensuite présenté publiquement. Cette présentation a pour but de faire état des droits de ces personnes au Cameroun, mais aussi de plaider pour l’amélioration de leurs conditions et recueillir certaines bonnes pratiques pouvant permettre de renforcer le respect des droits humains consacrés et adoptés par le Cameroun.

C’est pour obéir à cette logique qu’à été organisée la réunion de présentation du rapport annuel national 2021 qui s’est tenue le 13 mai 2022 à l’Hôtel Felydac

Cette cérémonie de présentation du rapport annuel national 2021 intitulés « LE CRI D’UNE COMMUNAUTE : DE LA DESINFORMATION AU DRAME » met une fois de plus en lumière les différentes violences et abus des droits humains dont les minorités sexuelles et de genres (MSG) ont été victimes tout au long de l’année au Cameroun. En effet, 4116 cas de violation ont été perpétrés sur 2898 MSG tout au long de cette année. LI s’agit entre autres des violences d’ordre physiques, psychologiques, sexuelles et économiques. Les observateurs de documentation de ces cas de violation/violence appartenant aux organisations de la Plateforme Unity ont recense ces différents cas en communauté, dans les milieux sanitaires, dans l’environnement de travail, au sein de la justice et dans l’urgence humanitaire. En fonction des espaces où ont été recensées ces violations, on a identifié divers auteurs également. Il a été à ce titre illustrer la classification ci-après :

  • Communauté (partenaires sexuels, familles, voisins, bailleurs, médias, leaders politiques, religieux ou traditionnels)
  • Santé (professionnels de santé et non professionnels travaillant dans les formations sanitaires – gardiens etc.)
  • Education (enseignant, apprenant, personnel d’encadrement, administration publique)
  • Milieu de travail (collègues, superviseur, employeurs, administration publique) ;
  • Justice (police, gendarmerie, administration pénitentiaire, avocat, magistrat, administration publique, etc.),
  • Urgence humanitaire (bénéficiaires, employé d’organisation humanitaire, administration publique).

Parmi les survivants des violations au sein des MSG, on constate qu’il y a des sous-groupes nettement plus vulnérables que d’autres. Des 4116 cas de violation documentés, 407 sont des femmes lesbiennes, 233 Sont des personnes bisexuelles, 1656 sont des hommes gays, 735 sont des personnes transgenres, 14 sont Queers et 26 sont d’orientation et identité de genre indéterminées, Ces différentes violations ont eu des répercussions significatives sur le plan de la santé, notamment dans le cadre de la lutte contre le VIH. La discrimination et la stigmatisation vécues dans les milieux de soins est un facteur qui tend à éloigner les MSG des milieux de soins. Cet état de choses est un frein pour atteinte des objectifs 95/95/95 relatifs au dépistage, au traitement et à la suppression de la charge virale au sein des populations clés. Mettre fin au VIH d’ici 2030 restera utopique si on ne lève pas toutes ces barrières structurelles qui limitent l’accès aux soins de santé des populations clés On se réjouit tout de même, qu’i existe un dispositif de réponses communautaires face à ces différents cas de violations. En effet, grâce aux soutiens des partenaires techniques et financiers, les organisations identitaires sont capables d’offrir une assistance juridique, et sociale aux survivants des violations. Des maisons ont été récemment mises Sur pieds et de refuges permettent d’accueillir temporairement les MSG qui se retrouvent sans domicile fixe du fait de leur orientation sexuelle réelle ou supposée. Il existe également des programmes d’éducation aux droits humains qui permettent aux MSG de gérer et prévenir les risques de VBG. Aussi, des actions de plaidoyer en direction des décideurs sont continuellement menées pour la mise en place d’un environnement social favorable aux MSG. Mais, malheureusement les réponses apportées sont loin de pouvoir couvrir les besoins de la communauté MSG. C’est à cet effet que des recommandations ont été formulées dans le cadre de ce rapport pour répondre de manière efficace et durable aux problème susmentionnés. Les recommandations majeures émanant de ce rapport portent sur l’abrogation des lois qui accentuent la vulnérabilité des MSG et la formation des acteurs de média qui sont vecteur de la désinformation au Cameroun. Il y a aussi un grand besoin de coordonner les efforts des acteurs mettant en œuvre les actions en direction des MSG, et la plateforme Unity se veut désormais être cet out fédérateur de ce mouvement.  Joint le RAPPORT NATIONAL ANNUEL 2021 DES VIOLENCES FAITES AUX MINORITES SEXUELLE ET D E GENRE AU CAMEROUN.

Lien de téléchargement :   https://healthymboa.org/download/rapport-annuel-2021-des-violences-et-violations-faites-aux-minorites-sexuelles-et-de-genre-au-cameroun/

Election du Nouveau bureau de la PFU

C’est dans le même ordre des choses que s’est également tenue l’élection du nouveau bureau devant assurer la gestion de la plateforme Unity avec comme membre les personnalités suivantes:

  • Président : Michel ENGAMA de CAMFAIDS, Yaoundé
  • Vice présidente : Sandrine ATEH de AVAF, Yaoundé
  • SG: Eddy Gaetan ENGAMBA de HC², Bafia
  • SG adjoint: Émile EBONGUE de Amis du cœur, Douala
  • Commissaire aux compte: Eric Landry Ngono, de ASCEAUPEV, Yaoundé
  • Tresorier: Pegguy NGANGUE, de ELLES Cameroun Douala
  • Porte parole: Cabrel KOUAM de TRANSIGEANCE ACTION FEMINISTE de Yaoundé

L’observatoire de la plateforme sera désormais abrité par HFC+ de Yaoundé.

 

Diplômé en marketing et management des opérations. - Formateur pratique en gestion et utilisation des outils de capitalisation numérique. - Responsable de la communication et du plaidoyer pour la Coalition des organisations/associations et réseaux d'associations santé du Cameroun. - Gestionnaire de la plateforme santé et droits humains healthymboa.org projet Fond Mondial- NFM3.

Facebook Linkedin Pinterest YouTube

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *