PALUDISME: 1er Motif de Consultation dans les Formations Sanitaires

Facebook Twitter Linkedin

Les formations sanitaires de cette région ont reçu 35,4% en 2020, contre 35% en 2019. Soit une hausse de 0,4%.

Le paludisme constitue le premier motif de consultation dans les formations sanitaires camerounaises. La région de l’Adamaoua dans le Grand-Nord, n’est pas exempt de cette situation. En effet, en 2020, ses Fosa ont reçu 35,4% des consultations liées à cette maladie, contre 35% en 2019. Soit une hausse de 0,4%. Ces statistiques sont du Programme national de lutte contre le paludisme dans l’Adamaoua.

A en croire le Dr Nadine Fando, sa coordonnatrice, même si ces chiffres révèlent cette légère hausse, il faut tout de même souligner qu’il y a une certaine amélioration par rapport aux années précédentes. Néanmoins, le taux de de mortalité lui, a connu une légère baisse. En effet, le nombre de cas en 2019 était de 145 cas pour 1000 habitants, contre 129 cas pour 1000 habitants en 2020.

Aussi, en 2019 et selon la représentation régionale de ce programme dans la région « Château d’eau » du Cameroun, sur 100 000 habitants, 37 sont décédés du paludisme, alors que pour le même nombre d’habitant, 28 sont décédés en 2020. Ainsi, le taux de décès lié à cette maladie dans la région de l’Adamaoua est passé de 29,5% en 2019 à 24,7% en 2020. Soit une baisse de 4,8%, rapporte le journal régional L’œil du Sahel.

D’après les officiels en santé de cette région, cette baisse est le premier résultat de la distribution des Moustiquaires imprégnées à longue durée d’action (Milda) effectuée en septembre 2019.  763 972 ménages en ont bénéficié cette année-là, dans le cadre de la campagne nationale de distribution gratuite de la précieuse pièce. « La moustiquaire est un outil de prévention pour la survenue du paludisme ; c’est le moyen le plus efficace côté coût pour se prévenir de la survenue du paludisme », précise le Dr Nadine Fando.

Voilà pourquoi « Dans l’optique de maximiser la possession d’une Milda dans chaque ménage, le programme national de lutte contre le paludisme prévoit de distribuer les moustiquaires même aux enfants de moins d’un an dans les services de vaccination », poursuit la coordonnatrice de ce programme dans la région.

Et, dans le cadre de la lutte et la prévention de cette maladie, « Actuellement, nous préparons déjà la prochaine campagne de distribution massive des moustiquaires qui aura lieu en début 2022 », indique le Dr Nadine Fando.

http://lurgentiste.com/adamaoua-les-consultations-hospitalieres-liees-au-paludisme-en-hausse/

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *