Mettre fin aux inégalités liées au VIH et à la tuberculose au Cameroun

Facebook Twitter Linkedin

Les inégalités structurelles qui entravent les solutions efficaces de prévention et de traitement du VIH…

Les violences à l’égard des populations clés et vulnérables continuent d’entraver la riposte au VIH et à la tuberculose dans le monde et au Cameroun singulièrement. On distingue les violences psychologique/émotionnelle, physique, sexuelle ou économique ; la stigmatisation, la discrimination et autres violations des droits humains dans le contexte du VIH et la tuberculose. Celles-ci entravent les solutions efficaces de prévention et de traitement du VIH et tuberculose. Face aux violences persistantes, des mesures sont prises aussi bien au niveau international que national. En effet, la Stratégie mondiale contre le sida 2021–2026 met l’accent sur l’éradication des inégalités : Mettre fin aux inégalités, mettre fin au sida. Pareillement, la déclaration politique sur le VIH/sida adoptée lors de la réunion de haut niveau des Nations Unies sur le VIH/sida en 2021 met un point d’honneur sur l’éradication des inégalités. C’est à juste titre qu’une analyse situationnelle qui met en évidence les types de mécanismes de réponse à la violence (y compris les acteurs impliqués, les services fournis, les procédures et outils en place, la communication et la collaboration entre les partenaires) et les résultats obtenus ; les forces et faiblesses observées et les recommandations pour améliorer la performance de la réponse à la violence est menée au Cameroun.  Celle-ci va permettre la conception du plan opérationnel des procédures standardisées des outils de réponse à la violence et du circuit de communication dans l’optique de renforcer la réponse à la violence à l’encontre des populations clés et vulnérables au VIH et à la tuberculose.

C’est autour d’un atelier organisé par l’Association Camerounaise de défense des droits Humains et de lutte contre les IST et le VIH/Sida (CAMFAIDS) le 13 octobre 2021 que cette analyse a été appréciée par diverses parties prenantes. L’ objectif de l’atelier étant de finaliser les résultats de l’analyse situationnelle de la réponse à la violence et d’élaborer le cadre opérationnel de réponse à la violence, y compris les procédures opérationnelles normalisées, les outils et le circuit de communication entre les acteurs. Cette action va en droite ligne avec le Plan quinquennal (2020-2024) de réponse globale aux obstacles liés aux droits humains qui inhibent l’accès aux services de lutte contre le VIH et la tuberculose et aux services juridiques en matière de VIH et de tuberculose au Cameroun. Cette dynamique permettra de renforcer l’accès aux services de santé aux populations clés et vulnérables sans discrimination ni stigmatisation dans les formations sanitaires. Reconnaître l’égalité de valeur et de dignité de chaque personne est non seulement un impératif éthique et une obligation découlant des instruments internationaux relatifs aux droits humains, mais est également essentiel pour mettre fin au Sida et à la tuberculose en tant que menace pour la santé publique.

En prélude à la Journée Mondiale de lutte contre le Sida, l’ONUSIDA rappelle aux gouvernements que les inégalités mondiales nous touchent toutes et tous, peu importe qui nous sommes et d’où nous venons. Exige des actes pour mettre fin aux inégalités, au Sida et à toutes les autres pandémies qui se nourrissent des inégalités.

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *