Journée mondiale contre les hépatites 2020 : « Pour un avenir sans hépatite »

Facebook Twitter Linkedin

La Journée mondiale contre l’hépatite est observée chaque année le 28 juillet. Cette année 2020, elle a lieu le mardi 28 juillet. Les hépatites virales sont maintenant la 6ème cause de décès sur la planète et ils sont des millions d’individus à ne pas savoir qu’ils sont porteurs de cette bombe à retardement qui explosera peut-être ou pas.

Définition

L’hépatite est une maladie caractérisée par l’inflammation du foie. Il y a 5 principaux virus de l’hépatite, appelés types A, B, C, D et E. Ces 5 types sont préoccupants en raison du fardeau de la maladie et de la mort qu’ils causent et le potentiel pour les épidémies et la propagation épidémique. En particulier, les types B et C sont les plus mortelles avec 1,4 million de décès chaque année selon l’OMS. Ils conduisent à des maladies chroniques chez des centaines de millions de personnes et, ensemble, sont la cause la plus fréquente de cirrhose du foie et de cancer. L’hépatite virale est une menace majeure pour la santé mondiale. En 2015, l’OMS compte environ 325 millions de personnes atteintes d’hépatite virale B ou C et 900,000 décès par an selon l’OMS.

Transmission

 Une hépatite est une inflammation du foie causée par des substances toxiques, ou par des virus (majorité des cas). A ce jour, 5 virus provoquant une infection ciblée et une inflammation du foie ont été identifiés. Ces virus, désignés par les lettres A, B, C, D, et E, diffèrent par leur mode de transmission (féco-orale pour les virus A et E ; parentérale pour les virus B et C) et leur agressivité. Le virus de l’hépatite B se transmet partous les liquides et sécrétions biologiques, le plus souvent parcontact sexuel et par le sang. Il est aussi transmis par la mère à l’enfant lors de la naissance et de l’accouchement ou par contact avec du sang ou d’autres liquides corporels. L’hépatite B est considérée comme une maladie infectieuse extrêmement contagieuse : le virus de l’hépatite B est50 à 100 fois plus infectieux que celui du SIDA. Les principales voies de transmission sont les contacts sexuels, les injections (toxicomanie) et transfusions à risques, Statistiquement dans le monde, les modes de transmission les plus fréquents sont de la mère à l’enfant, entre enfants d’une même famille et par réutilisation de seringues et d’aiguilles non stérilisées.

Interpellation de l’OMS

En cette journée, l’OMS invite tous les pays à :

  • PREVENIR l’infection chez le nouveau-né. Tous les nouveau-nés doivent être vaccinés contre l’hépatite B et recevoir ensuite au moins deux doses supplémentaires du vaccin.
  • ÉLIMINER LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT. L’hépatite B, l’infection à VIH et la syphilis doivent être systématiquement dépistées chez toutes les femmes enceintes, qui doivent recevoir un traitement si nécessaire.
  • NE LAISSER PERSONNE DE CÔTÉ. Tout le monde doit pouvoir accéder aux services de prévention, de dépistage et de traitement de l’hépatite – y compris les consommateurs de drogues injectables, les prisonniers, les migrants et les populations les plus touchées.
  • ÉLARGIR l’accès au dépistage et au traitement. Le dépistage et le traitement précoces des hépatites virales permettent de prévenir le cancer du foie et d’autres maladies graves du foie.
  • MAINTENIR les services essentiels de prévention et de prise en charge des hépatites pendant la pandémie de COVID-19. Les services de prévention et de prise en charge de l’hépatite, tels que la vaccination des nourrissons, les services de réduction des risques et le traitement continu de l’hépatite B chronique, sont essentiels même pendant la pandémie.

Hépatite au Cameroun

Au Cameroun, tout un mois est consacré à l’hépatite. C’est l’occasion pour des acteurs d’accentuer des activités liées à cette maladie. La plupart d’organisation se concentrent dans des actions suivantes :

  • Sensibilisation sur les différentes formes d’hépatite et modes de transmission ;
  • Sensibilisation sur la couverture vaccinale contre l’hépatite B et l’intégration dans les programmes nationaux de vaccination;
  • Campagne de dépistage et du contrôle de l’hépatite virale et de ses maladies apparentées.

Par ailleurs, une structure de prise en charge des malades souffrant d’hépatites est pensée par l’Etat du Cameroun mais son effectivité n’est pas encore appliquée.

Pour finir, il est important de rappeler qu’en cette période de COVID-19 si on a été capable de s’organiser à l’échelon international contre la COVID-19 on doit pouvoir le faire pour les hépatites virales. Même pas besoin d’un confinement, pas de masque ni de gel ! Juste des dépistages, des vaccins et des traitements.

Notre engagement est quotidien et continu !

WASSE O.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *