HORIZONS FEMMES: LA PREP FAIT SON ENTREE DANS LA REGION DE L’OUEST

Facebook Twitter Linkedin

Informer les acteurs sanitaires du département de la MIFI ainsi que les autorités administratives de la Région de l’Ouest de l’existence de la Prophylaxie pré Exposition (PrEP) au Cameroun et de son introduction dans la région du soleil couchant, tel était l’objectif de l’atelier de lancement de la PrEP à Bafoussam tenu ce jeudi 11 février à l’hôtel Mbatkam.

Cet atelier organisé par le Projet CHAMP a été présidé par le Comité National de Lutte contre le Sida (CNLS) et a connu la présence des différents districts de santé du département, des Organisations à Base Communautaire (OBC) qui exercent dans la ville, à l’instar de Horizons Femmes, et du représentant du délégué régional de la Santé Publique de l’Ouest. Des mots introductifs du Pr. Moyo, on retient que la PrEP, méthode de prévention qui consiste pour les personnes séronégatives à prendre des médicaments antirétroviraux pour ne pas contracter le VIH, constituera l’un des points centraux de la lutte contre le VIH dans quelques années et elle est déjà mise en œuvre dans les villes de Yaoundé, Bertoua et Bamenda. Pour le département de la MIFI, 100 personnes doivent être mises sous PrEP et notamment 50 Travailleuses de sexe par Horizons Femmes pour l’année fiscale 2021.

Pourquoi seulement les Travailleuses de Sexe serait-on tenté de dire ? Les TS sont ciblées parce qu’elles font partie des populations les plus à risque de contracter le VIH. Leur taux de prévalence est d’ailleurs sept fois plus élevé que le taux de prévalence au sein de la population générale. C’est notamment ce qui ressort de l’exposé de la représentante du CNLS portant sur l’orientation et la politique du Cameroun sur l’implémentation de la PrEP. Elle insiste sur le fait que la PrEP est à sa phase expérimentale au Cameroun après une première tentative en 2004 qui n’avait pas connu du succès en raison du manque d’encadrement. Pour l’instant, cette nouvelle méthode de prévention est mise en œuvre dans le cadre du projet CHAMP et par CAMNAFAW. Mais, nul doute que l’intégration réussie de la PrEP dans les pratiques de prévention et de dépistage du VIH contribuera à l’atteinte de l’objectif global de l’élimination des nouvelles infections au VIH, ajoute-t-elle.

Bien que l’observance reste le challenge majeur, depuis le début de l’implémentation de la PrEP dans le programme CHAMP notamment, il n’y a presque pas eu de séroconversion. Etat de fait encourageant qui a notamment poussé à l’extension de cette méthode à d’autres villes.

Au-delà des interventions des différents panélistes, les échanges avec l’assemblée ont permis de ressortir un certain nombre de points importants. Il s’est notamment agi de revenir sur l’acte volontaire que constitue la prise de la PrEP, précédé par un consentement éclairé de la part du patient. Le lien entre la PrEP et la contraction des IST a également été évoqué en ce sens que la PrEP ne prévient pas des IST, raison pour laquelle elle doit être associée au préservatif. Par ailleurs, la nécessité de lutter contre les fausses informations qui tournent autour de la PrEP est un préalable pour l’enrôlement d’un maximum de personnes qui ont fait le choix de se mettre sous PrEP. Selon la Présidente Exécutive de Horizons Femmes, la solution à l’enrôlement des personnes dans la PrEP passe par une bonne communication et une bonne sensibilisation des populations à risque qui bénéficient des services en de la lutte contre le VIH car le patient mérite d’être galvanisé sur le plan psychologique et non matériel. L’antenne ouest de Horizons a déjà d’ailleurs mis 92 femmes sous PrEP depuis le mois d’août 2020.

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *