Garantir l’accès aux soins et services VIH sans paiement de frais directs.

Facebook Twitter Linkedin

Le manuel opérationnel de gestion de la politique d’élimination du paiement des frais directs liés aux services VIH au Cameroun a été adopté le 27 octobre 2021 au cours d’une séance de travail présidé par le Ministre de la Santé Publique.

Harmoniser les pratiques au niveau opérationnel et faciliter le suivi de la mise en œuvre de la décision d’élimination de paiement de frais directs liés aux services VIH au Cameroun est l’objectif de la production des documents qui seront remis à tous les intervenants de la chaîne des User Fees. Il s’agit d’un manuel opérationnel de gestion de la politique d’élimination du paiement de frais directs par les personnes vivant avec le VIH/Sida. Ce manuel comporte 43 pages et présente le contexte ayant prévalu à l’adoption de l’approche actuellement mise en œuvre (coût du traitement très élevé pour les patients, retard dans l’atteinte des objectifs des trois 90), développe les aspects de suivi-évaluation, détermine les cibles au niveau central, régional en prenant en compte les différents prestataires.

Ce document dont l’élaboration a connu la participation effective des acteurs du Minsanté du niveau central, les Délégués régionaux de la santé, les coordonnateurs régionaux VIH/Sida, les formations sanitaires et les partenaires, est accompagné de trois Handbook : un Handbook destiné aux Fonds Régionaux pour la promotion de la santé, un Handbook pour les formations sanitaires, un Handbook pour les laboratoires. Ces supports permettent aux différents maillons de la chaîne de s’approprier le même langage, des pratiques uniformes et codifiées pour les mécanismes de gestion, de suivi, d’ajustement de fonds, de vérification-suivi et remboursement des factures.  Pour le Ministre de la Santé Publique, ce Manuel de procédures a le mérite de présenter les différents acteurs de la décision et leurs rôles.

Auparavant, le Dr. Léonard BONONO, Secrétariat permanent du Comité national de lutte contre le Sida a présenté l’état des lieux de la maladie en indiquant que la prévalence a considérablement diminué comparativement aux taux très élevés,

surtout dans les régions du Sud et de l’Est qui étaient respectivement à 5,8% et 5,6% avant la mise en œuvre de cette décision,  avec près de 17 000 patients vivant avec le VIH/Sida. A ce jour, soutient-il, 84% de personnes connaissent leur statut sérologique. Mme BOUBA Joëlle Nounouce, Sous-Directeur de la Lutte contre le VIH/Sida, les Infections sexuellement transmissibles et la Tuberculose au Minsanté va quant à elle souligner qu’en 2020, 46% des Fosa étaient déjà enrôlées dans ce mécanisme. En 2021, les actions ont été menées pour l’enrôlement de toutes les Fosa. Dans la feuille de route, il est désormais envisagé l’implication des Organisations à Base Communautaire (OBC) dans la mise en œuvre des User Fees. Cependant, quelques difficultés ont été présentées : les retards dans les remboursements des factures, l’absence d’un système de surveillance au niveau des hôpitaux de District et d’une stratégie de communication efficace, la faible implication des Districts de santé dans la politique de mise en œuvre des User Fees dans toutes les régions pour ne citer que cela. Ces manquements devraient être corrigés afin de garantir un accès équitable aux soins de santé pour les PvVIH.

Ce mécanisme pour lequel le manuel opérationnel de gestion présenté ce jour vient apporter un début de solution aux insuffisances de notre système de santé, à savoir sa faible couverture par un système de  prépaiement et de mutualisation des fonds pour son financement. Aussi, déclare le Minsanté, l’intégration de la politique d’exemption des frais directs liés à la prise en charge du VIH aux autres stratégies de financement (Chèque Santé, PBF, etc.) constitue une opportunité de progression vers la Couverture Santé Universelle. Pour Dr. KOB, Directeur Pays de l’ONU sida, le Cameroun est déjà cité en exemple dans la sous-région pour les résultats encourageants enregistrés depuis la mise en oeuvre de ce mécanisme.
Rappelons que le paquet d’offres de services arrêté permet de rembourser les frais relatifs aux consultations de routine, les CPN, les carnet et dossier médicaux, le dépistage du VIH, la charge virale entre autres.

C.TCHINDA et J.M.N.NOLGA

Celcom / MINSANTÉ

 

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *