Facebook Twitter Linkedin
  • Version
  • Télécharger 8
  • Taille du fichier 14.01 MB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 08/12/2021
  • Dernière mise à jour 08/12/2021

MOIS CAMEROUNAIS DE LUTTE CONTRE LE SIDA

Les Associations de lutte contre le VIH/Sida sont là depuis « l’aube des
temps » serait-on tenté de dire ; en tout cas depuis que la menace contre nos
communautés a été précise. Au plus fort de la montée de l’infection de la fin
des années 90 et bien avant tout espoir de vie « quasi normale », il ya eu cette
aube courageuse des associations de personnes y compris celles vivant ou affectées par le VIH. Les communautés se sont organisées, de « petites mains »
fédérant autant de petits cœurs engagés dans le champ social pour apporter
chacune sa contribution face à cette pandémie qui endeuillait de plus en plus
nos familles, nos communautés. Dans le champ naissant de l’accompagnement psychologique et social et bien avant que le Gouvernement ne s’y engage, les associations y ont été majoritaires pour instiller parmi les personnes
atteintes de l’espoir et au sein de la communauté, le soutien et la non discrimination. Elles ont joué un rôle historique de médiateur en exprimant les besoins des populations qu’elles représentent et en élaborant des problématiques sociales.
C’était une action de petits colibris apportant une minuscule goutte d’eau au
bout de leurs becs pour éteindre le vaste incendie (l’une de ces associations en
a d’ailleurs pris le nom) ; mais une action qui aura portée ses fruits de l’espoir ; nous pouvons en être fier aujourd’hui.
Mais devons nous être tout aussi fier que cette fonction de médiation tende à
être inexorablement supplantée par la place d’opérateur, en raison d’un management de plus en plus centré sur les activités portées par de structures plus
grandes et parfois aux agendas floues ?
On les appelle aujourd’hui des Organisations à Base Communautaires
(OBC), véritables « chargées de mission » dans un monde qui reconnaît leur
rôle sans en donner véritable substance ; d’excellents faire-valoir peut-être au
profit de stratégies dont la maitrise échappe de plus en plus.
Serait-ce un signe des temps si difficile dans un contexte ou l’Etat ne garantit
pas le développement du milieu associatif a l’instar de la Loi censée encadrer
leur action elle-même bien désuète ?
En tout cas, l’émiettement de l’engagement de transformation sociale ne fait
aucun doute face au cloisonnement des « bailleurs de fonds », véritables tètes
de file qui créent au gré de leurs intérêts et par la force des ressources supposées être celles de l’aide au développement de véritable courtisans sans aucun
mot à dire. Il est bien connu qu’une bouche même pseudo-pleine ne peut parler.
Que reste t’il donc du rôle des associations ? Une urgence de se réinventer
pour exister comme force de proposition, de veille citoyenne et de médiation.
Il est des lors important et urgent d’identifier des pistes de réinvention, de
maintien et surtout de développement massif de services sociaux gérés par des
associations ; en considérant que le potentiel associatif est devenu indispensable compte tenu des nouveaux besoins générés par l’amélioration continue des formes de prise en charge. À cet égard, par sa capacité
d’innovation le cadre associatif est l’un des instruments le plus productif en
termes de formes nouvelles d’interventions et notamment dans ce laboratoire
naissant qu’est la décentralisation.
Il va falloir une véritable prise de conscience de l’immensité du champ des
possibles pour l’action associative et au lieu d’accepter d’être embrigader, il
faudra se rendre à l’évidence que le Gouvernement, les Collectivités Territoriales Décentralisées, les partenaires au développement resteront demandeurs
de cette action des « petites mains », des « petites volontés » ; à elles de savoir
négocier leur liberté voire leurs conditions de participation.
Il va falloir inéluctablement en amont un véritable « Pacte de non agression »
entre elles et l’intelligence de fédérer et mutualiser leurs potentiels pour exister et être audible dans le brouhaha de ce foisonnement d’initiatives.HEBDO 45

Attached Files

FichierAction
HEBDO 45 (1).pdfTélécharger 

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *