Facebook Twitter Linkedin
  • Version
  • Télécharger 0
  • Taille du fichier 7.86 MB
  • Nombre de fichiers 1
  • Date de création 11/05/2022
  • Dernière mise à jour 11/05/2022

CRISE DE LA SUBVENTION FONDS MONDIAL, IMPACT SUR LES COMMUNAUTES

En octobre 2019 et précisément les 8 et 9, lorsque le Fonds Mondial lançait sa 6e conférence de reconstitution des ressources pour lutter contre le sida, la tuberculose et le paludisme avec pour slogan « accélérons le mouvement », les acteurs de la riposte étaient en droit d’espérer une solidarité sans pareil de la part de tous les donateurs publics et privés internationaux pour venir à bout des trois (03) pandémies.

Et justement à Lyon, les donateurs avaient promis 14 milliards de dollars US (avec une contribution historique du Chef de l’Etat camerounais, Paul BIYA à hauteur de 3 milliards de FCFA) pour financer directement des programmes de prévention et de lutte contre les trois grandes pandémies - sida, tuberculose et paludisme - qui tuent près de 2,8 millions de personnes chaque année.

Le Cameroun, dans le cadre du « double track » (financement avec 2 récipiendaires principaux) et la désignation de la CAMNAFAW (Cameroon National Planning Association for Family Welfare) comme responsable des composantes communautaires des subventions du Fonds mondial liées au VIH et à la tuberculose a reçu une importante enveloppe de prêt de 150 millions d’Euro, à laquelle devaient s’ajouter des fonds dits « catalytiques » pour l’Initiative « Lever les obstacles » à l’environnement des droits humains dans le pays.

Ces importants financements supposés apporter, à grand échelle, des traitements, des outils de prévention et de diagnostic nécessaires pour traiter les maladies, peinent à se mettre en place de manière régulière depuis près de dix (10) mois déjà. Faisant courir ainsi au pays le risque de voir dévier la trajectoire actuelle d’élimination du VIH à horizon 2030 pour de nombreuses populations dont celles dites clés, tributaires des interventions sous financement communautaire porté par la CAMNAFAW.

Une vraie crise humaine avec la rupture de l’offre de service à de milliers de personnes dont la dépendance aux produits de prévention et de traitement distribués gratuitement par plus d’une centaine Organisations à Base Communautaire (OBC) est notoire.

Dans le même temps, la situation contractuelle de ces organisations dont les capacités de résilience sont reconnues très faibles dans un environnement de raréfaction des financements pour la santé est catastrophique. C’est un peu plus de 1 000 personnes :, salariées, bénévoles associatifs y compris des pairs éducateurs qui se retrouvent sans indemnités depuis pour certains dix (10) mois déjà !.

Des centres de prise en charge des cas sont quasiment à l’arrêt du fait de cette situation dont ils ont par ailleurs peu d’explications.

Cette situation est insoutenable pour de nombreuses OBC rencontrées, car avec les bases contractuelles engagées avec la CAMNAFAW et ses relais de mise en œuvre, c’est la survie des structures qui est littéralement menacée. Dans ces conditions, l’axe sur le renforcement des capacités des structures communautaires vole en éclat, rendant impossible la contribution efficace de ces organisations pourtant indispensables pour l’atteinte de l’objectif d’élimination du Sida d’ici 2030.

Cette crise de trop intervient dans un contexte ou la COVID-19 vient complexifier le travail pour l’atteinte des objectifs 95-95-95 dans la lutte contre le Sida. Les fermetures engendrées par la COVID-19 et d'autres restrictions ont perturbé le dépistage du VIH et, ont entraîné une chute brutale des diagnostics et des orientations vers des traitements contre le VIH.

Il est donc urgent d’agir pour mettre fin à cette situation, tirer les leçons et établir un plan de relance des activités communautaires avec les différents acteurs et l’ensemble des détenteurs d’enjeux.

L’équipe de rédaction de l’Actualité Hebdomadaire (qui devient bientôt « Lead Voices ») s’engage dans ce processus de documentation (avec un grand retard certes) des problèmes que rencontrent les communautés à travers les financements NFM3

passant par son récipiendaire principale CAMNAFAW qui traverse une crise majeure dans la mise en œuvre de cette subvention.

Il est donc question pour cette édition de toucher du doigt les réalités que vivent les acteurs ; mais aussi les cibles dans cette lutte. Nous donnerons bien évidemment la parole aux détenteurs d’enjeux y compris la CAMNAFAW pour éclairer les OSC sur la situation et les pistes de sortie dans un prochain numéro.

 

Attached Files

FichierAction
EDITION SPECIALE_ crise de la subvention FM_Impact sur les Communautés_bon.pdfTélécharger 
Diplômé en marketing et management des opérations. - Formateur pratique en gestion et utilisation des outils de capitalisation numérique. - Responsable de la communication et du plaidoyer pour la Coalition des organisations/associations et réseaux d'associations santé du Cameroun. - Gestionnaire de la plateforme santé et droits humains healthymboa.org projet Fond Mondial- NFM3.

Facebook Linkedin Pinterest YouTube

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *