CONFÉRENCE DU MINISTRE DE LA SANTÉ PUBLIQUE SUR LA SITUATION DE LA RIPOSTE CONTRE LE VIH/SIDA ET LA PANDÉMIE DU COVID-19 AU CAMEROUN

Facebook Twitter Linkedin

Yaoundé – 01 Décembre 2020, Salle de Conférence du Ministère de la Santé Publique

Mesdames et Messieurs les Professionnels des Médias, Mesdames, Messieurs

Permettez-moi avant toute chose, de vous réitérer ma sympathie et ma gratitude pour votre constante disponibilité, toutes les fois que vous êtes sollicités pour un partage de l’information et des faits sur la situation sanitaire de notre pays.

Comme vous devez l’imaginer, cette année 2020 est fortement marquée par la riposte contre la pandémie du COVID-19, dont notre pays n’a pas été épargné dès le début. Mais il convient également de noter que grâce à la clairvoyance de Monsieur le Président de la République, et notamment dans ce qu’il a pris comme décisions, le Cameroun est resté comme toujours, résilient face à l’adversité.

Le Gouvernement a donc pris l’option de conduire les principales activités et les chantiers qu’il avait entamé. Sous ce rapport, conformément aux très hautes directives du Chef de l’Etat, le Gouvernement a lancé cette année la politique d’exemption des frais liés aux services de prise en charge du VIH SIDA dans les formations sanitaires publiques, et les organisations à base communautaire.

 Permettez-moi donc de saisir le prétexte légitime de la célébration de la Journée Mondiale de Lutte contre le SIDA pour vous entretenir dans un premier temps sur l’état de la riposte contre le VIH dans notre pays. Mesdames et messieurs Il vous souvient qu’en prélude à la Journée mondiale de lutte contre le sida, le Comité National de Lutte contre cette maladie, s’est réuni le 17 novembre dernier dans le cadre de ses assises statutaires pour le compte de l’année 2020. La rencontre a servi de cadre pour le lancement officiel des activités de la 5ème édition du Mois Camerounais contre le Sida sous le slogan « Agissons ensemble pour protéger les personnes vulnérables ».

Pendant près de trois semaines, la quasi-totalité des acteurs de la riposte s’est mobilisé sur l’ensemble du territoire national pour apporter des 2 réponses idoines aux préoccupations des populations camerounaises en général, et aux cibles les plus vulnérables en particulier.

Je pense notamment aux jeunes et principalement aux jeunes filles, aux femmes, aux populations clés et aux personnes vivant avec le VIH.

D’intenses activités de renforcement des capacités, de prévention et de promotion des services de prévention de la transmission du VIH de la mère à l’enfant, de dépistage volontaire, anonyme et gratuit du VIH ont été organisées à travers le pays, dans le respect des mesures barrières édictées par le Gouvernement, pour limiter la propagation du COVID-19.

C’est donc l’occasion pour moi, d’exprimer une fois de plus à chacun d’entre vous, entendez les autres départements ministériels, les Organisations à Base Communautaire, les ONG, les responsables des entreprises publiques, parapubliques et privées, les confessions religieuses, mes encouragements pour votre participation active à la mobilisation de vos cibles respectives, en faveur de la lutte contre le VIH et le sida. Cela démontre la multisectorialité de la riposte, mais aussi, le témoignage de votre engagement à l’atteinte des objectifs 95.95.95., synonymes de l’élimination de cette pandémie à l’horizon 2030.

 Mesdames et messieurs ;

 La 33ème édition de la Journée mondiale de lutte contre le sida est placée sous le thème : « Solidarité mondiale, responsabilité partagée ». Ce thème nous interpelle tous.

 En effet, quarante années de réponse à l’épidémie de VIH ont généré une expérience significative ainsi que des enseignements quant à l’importance d’une approche basée sur les droits humains, afin d’assurer des réponses efficaces et équilibrées à l’épidémie. Nous avons capitalisé cette expérience en impliquant les communautés des Personnes vivant avec le VIH dès le début de la pandémie du COVID19 dans TOUTES les mesures de la réponse. Ce qui nous a permis d’instaurer la confiance pour assurer la pertinence et l’efficacité des interventions, afin d’éviter les préjudices indirects ou imprévus, et de garantir le partage fréquent d’informations.

Les résultats 3 obtenus sont encourageants et nous permettent d’envisager l’avenir avec optimisme. Il est important de relever que malgré le contexte sanitaire mondiale précaire, nos efforts communs et notre engagement collectif dans le cadre de la riposte au VIH, ont permis des avancées significatives. Près de 1 250 000 personnes ont été testées dont 329 218 femmes enceintes. 37 400 personnes vivant avec le VIH ont été nouvellement identifiées et 30 061 mises sous traitement ARV. La file active est croissante, malgré qu’un léger relâchement ait été observé au mois de février. L’impact du COVID 19, à partir du mois de mars, n’est pas à négliger. Les examens de charge virale sont accessibles et disponibles.

 Nous avons intensifié la lutte contre la stigmatisation et la discrimination pour promouvoir l’adhérence au traitement et ainsi, renforcer la rétention aux soins des personnes sous traitement, afin de réduire les cas d’échecs thérapeutiques et de résistance du virus Ces résultats sont d’ailleurs le fait d’une mesure d’exemption des frais liés à la prise en charge de cette pathologie.

 La mesure connue sous le vocable de l’élimination des user fees a effectivement démarré le 1er Janvier 2020 dans les 10 Régions du Cameroun. Sa mise en œuvre progressive a connu un ralentissement lié non seulement à la mobilisation tardive des financements, à l’impact négatif de la pandémie du COVID 19, mais aussi à quelques incompréhensions au niveau de certaines formations sanitaires. Cette mesure politique audacieuse, prise par le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA fait suite à plusieurs autres visant à améliorer la prise en charge des PvVIH notamment une réduction des coûts des services, voire même leur gratuité. Rappelons que les initiatives de gratuité ont commencé en 2007 par les ARV puis, d’autres services ont été inclues telles que la prévention des infections opportunistes, le dépistage du VIH chez la femme enceinte, leurs partenaires et les enfants de moins de 15 ans, ainsi que le dépistage précoce du VIH chez les enfants exposés à cette maladie.

Ladies and gentlemen;

To sustainably capitalize on our interventions, we will need to mobilize a lot of resources. Funding available for the fight against AIDS remains insufficient.

 We therefore invite our partners to maintain their funding efforts, which must be sustained over time, in order to avoid the interruption of long-term treatment, which is beneficial and vital for patients. The Government of the Republic, on its part, is determined to relentlessly pursue its investments in prevention and to strengthen its contributions to subsidize treatment.

 Our call to partners, who have already shown their good will and to those who, happy to join us because of the quality of our policies, our call, I said, is coupled with messages of confidence; confidence in the political will that exists in Cameroon at the highest level; confidence in the efficient and transparent use of the resources allocated to us and which go directly to the beneficiaries.

 I thank all those who tirelessly invest themselves in this cause, in particular, the First Lady of Cameroon, Madame Chantal BIYA, the United Nations System, bilateral and multilateral cooperations, NGOs and Associations.

 Mesdames, Messieurs,

Chers Professionnels des Médias Attardons-nous à présent, sur la situation de la riposte contre la pandémie du COVID-19 au Cameroun qui a su jusqu’ici combattre, résister et même repousser le Covid-19, qui s’est imposé dans nos sociétés dès le mois de mars, provoquant ainsi des bouleversements considérables de nos manières de faire et de penser. Par sa virulence, et son mode de contamination rapide et à grande échelle, ce virus a radicalement changé notre rapport aux autres et au monde.

Durant de longs mois, nous avons consentis d’énormes ressources humaines, logistiques et financières, pour limiter et contenir la propagation de ce virus. Nous avons sollicité l’expertise de nos spécialistes les plus pointus et bénéficié de l’accompagnement de nos partenaires habituels 5 pour mettre en place des stratégies adaptées à notre contexte, à nos réalités.

Sur la base des prescriptions de Monsieur le Président de la République, le Gouvernement, sous la conduite de son Chef, le Premier Ministre, a multiplié les ajustements de notre Stratégie nationale de Riposte, afin d’adapter les solutions préconisées à la cinétique évolutive de la maladie.

 Rappelons-nous qu’à la politique de décentralisation de la Riposte qui a davantage favorisé l’implication active des Collectivités Territoriales décentralisées, s’est ajoutée la permanence de la sensibilisation aux gestes essentiels de protection individuelle et collective et la systématisation des tests de dépistage massif, pratiqués selon la formule 3T, entendez Traquer (recherche des cas), Tester (test) et Traiter (pise en charge gratuite).

 L’ensemble des efforts ainsi déployés chaque jour, depuis 9 mois déjà, nous ont permis d’enregistrer des résultats satisfaisants, du reste toujours provisoires, sur le plan sanitaire, avec pour conséquence logique la reprise progressive et sécurisée des activités économiques, socioculturelles et sportives ainsi que le sentiment du retour à une vie presque normale, autant dire et tout le monde l’a constaté, le retour à une vie « un peu trop normale ». Ouvrant malheureusement à nouveau des opportunes brèches à la réémergence du virus.

Les multiples efforts cités ci-dessus, nous ont également conduit à réaliser des performances remarquables en matière de gestion des ressources diverses mises à contribution.

Ce qui justifie par exemple la reconnaissance du Fonds Monétaire International qui, à travers son Directeur Général, a salué, le 21 octobre dernier à Washington, la transparence dont fait montre notre pays dans l’attribution des contrats aux entreprises, dans le cadre de l’exécution du plan de riposte contre la pandémie.

Dans la même veine, l’OMS dans un classement récent des pays ayant le mieux géré la pandémie, a pour le cas du continent africain, reconnu 02 pays dont le Cameroun, comme ayant le mieux assuré la gestion de la pandémie.

Toutefois, en dépit du satisfecit des organismes internationaux, de la chute du nombre de contaminé, du contrôle de la maladie, nous avons régulièrement appelé à la plus grande prudence, en raison de ce que le virus peut exploiter une seule faille et recommencer à contaminer des communautés entières. En raison aussi de ce que le virus a la faculté de devenir plus agressif lorsqu’il mute.

 Les mises en garde répercutées par les Présidents de l’Assemblée Nationale et du Senat, par le Premier Ministre lors des réunions hebdomadaires du Comité interministériel chargé de l’évaluation et du suivi de la stratégie gouvernementale de riposte contre la pandémie, n’ont finalement pas eu raison du relâchement total observé et décrié dans notre société.

Face à ce constat alarmant, le Ministre de la Communication, dans un communiqué officiel daté du 02 novembre 2020, a cru bon d’exhorter la très grande majorité de nos compatriotes à reprendre la pratique des principales mesures barrières.

Mesdames, Messieurs ;

 Le tableau récapitulatif de situation épidémiologique souligne que nous avons atteint la barre des 24 189 cas confirmés. Si 22 939 personnes ont pu guérir de cette maladie, 813 cas actifs sont répertoriés et 62 patients actuellement suivis dans les Unités de Prises en Charge dédiées. Heureusement, 06 seulement de ces cas nécessitent une mise sous oxygène.

A ce jour, nous enregistrons 437 décès. Au bilan, les statistiques affichent un taux de guérison de plus de 95%, soit un taux d’occupation des lits de 1,9% pour un taux de létalité de 1,8%.

Le taux de sévérité est de 0,5% Présentées ainsi, ces statiques peuvent ne pas clairement laisser percevoir la menace de la résurgence de l’épidémie, à laquelle nous sommes présentement confrontées. A l’analyse du nombre de cas confirmés, nous nous situons à 22 103 cas au 1er novembre 2020.

Un mois après, ce 1er décembre 2020, nous sommes passés à 24 189, soit 2 086 cas confirmés en l’espace de 30 jours. Par simple division, la moyenne vous donne plus de 69 cas par jour, ce qui reste tout de même préoccupant et invite à plus de vigilance et de sérieux…

Ces chiffres sont tout à fait révélateurs de la situation réelle des régions de l’Ouest et du Littoral où des poches de réémergence du virus ont été découvertes.

 Faisant un état des lieux dans sa circonscription administrative, le Gouverneur de la Région de l’Ouest a indiqué que dans la journée du 10 novembre, le district de Penka-Michel a enregistré 17 nouveaux cas de Covid-19. Dans le même espace de temps, 05 cas graves étaient signalés à l’hôpital régional de Bafoussam, dont deux (02) placés sous oxygène.

D’autres alertes sont émises par d’autres Régions et le spectre d’une vague de nouvelles contaminations n’est pas à exclure, si les choses restaient en l’état, si nous continuons de ne pas admettre que le virus continue de circuler, qu’il continue de faire des victimes, qu’il continue de décimer peut-être silencieusement des membres de nos familles. L’actualité de l’évolution de la maladie dans les autres parties du monde, à l’instar de l’Amérique, de plusieurs pays d’Europe et d’Asie doit nous interpeller.

De nombreuses personnes ont été frappées par cette maladie dont le virus, selon les recherches, a connu une mutation génétique et s’est avéré plus agressif, au point de faire des victimes parmi une franche de jeunes considérée moins vulnérables.

Ladies and gentlemen;

Our children have only been able to find their way back to schools, colleges, high schools and university campuses and exercise their fundamental right of access to education because we have been able to contain the circulation of the virus.

 Economic activities, sporting and cultural meetings have resumed thanks to the determination of the various actors in the response chain to limit or even eradicate the COVID-19. However, the revival of various sectors of activity, while necessary, has resulted in an increase in the volume of social interactions.

To this, we blame the indiscipline of some and the recklessness of others, which has created fertile ground for the resurgence of the virus.

A resurgence that could be « exponential » if we are not careful, 8 given that the beginning of December is dedicated to end of year festivities.

Nevertheless, important and imminent events inscribed in our national agenda, particularly the election of Regional Councilors, the African Nations Championship, could not be envisaged and maintained until we have shown our capacity for resilience.

Also, it is more than imperative to change our behavior in the face of the COVID-19 resurgence.

Mesdames, Messieurs ;

Comme vous le constatez, nous nous retrouvons dans une situation peu confortable que nous aurions pu éviter. En cette circonstance, le respect strict des règles barrières sont la seule alternative de protection individuelle et collective efficace.

Nous l’avons ensemble expérimenté avec réussite. Nous pouvons recommencer, nous devons nous y remettre sans plus tarder. Ne faisons pas du temps un ennemi mais plutôt notre allié.

Dès à présent et plus que par le passé, avant de franchir le seuil de nos domiciles pour nous rendre à l’extérieur, posons-nous cette question générique : est-ce que je respecte les mesures de sécurités sanitaires recommandées pour ne pas me contaminer et contaminer ensuite ma famille ?

En vous posant cette question, vous devez vous demander : est-ce que j’ai arboré mon masque de protection, est ce que j’ai avec moi mon flacon de gel hydro-alcoolique ?

 Méfiez-vous de tous ceux que vous rencontrez au marché, dans les grandes surfaces, au travail, dans le taxi, partout dans les lieux publics. Ils peuvent être porteurs du virus et pourraient vous infecter, sans le savoir.

Pour ce faire, pratiquez systématiquement la distanciation physique, même lorsque vos interlocuteurs semblent s’en détourner. Faites-leur savoir que vous tenez au respect des mesures barrières.

 Méfiez-vous de vous-même, en respectant les consignes accompagnant par exemple hygiène relatif au port approprié du masque de protection 9 individuelle. Autrement, si vous manipulez le masque qui empêche au virus de s’immiscer dans votre bouche, vos doigts pourraient le transporter à votre visage et faciliter le contact avec vos yeux par exemple et vous vous serez contaminé personnellement.

De plus, reprenons avec le lavage des mains avec de l’eau coulante et du savon, plusieurs fois par jours. Cette action régulière assez suivie, au cours des premières semaines de la survenue de la pandémie dans notre pays, a été salutaire pour la lutte contre la propagation du virus.

 Nous invitons les leaders associatifs, les leaders religieux, les autorités traditionnelles à reconsidérer les dispositifs des premières semaines de la riposte, aux maires et aux organisations diverses, aux volontaires de réactiver et intensifier les opérations de sensibilisations au sein de leur communauté respective.

Gardons toujours à l’esprit cet avertissement du Président de la République lors de son adresse à la nation le 19 mai 2020 : « La négligence d’un seul peut nuire gravement à l’ensemble de la communauté ». C’est dire que ceux qui hésitent, ceux qui s’obstinent, ceux qui abandonnent l’observance de gestes barrières nous font tous courir un risque énorme.

Nous sommes de nouveaux en alerte, n’attendons pas que se produise le pire pour agir, agissons maintenant pendant qu’il est encore temps. Faisons du respect des gestes barrières, des réflexes de vie en société.

 Protégeons-nous, protégeons les autres,

Je vous remercie pour votre aimable attention.

Dieu bénisse le Cameroun. /-

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *