12 Novembre: Journée Mondiale de la pneumonie

Facebook Twitter Linkedin

La pneumonie est une infection des poumons causée le plus souvent par un virus ou une bactérie. L’infection touche plus précisément les alvéoles pulmonaires, ces minuscules sacs en forme de ballons situés à l’extrémité des bronchioles. Elle touche généralement un seul des 5 lobes du poumon (3 lobes dans le poumon droit et 2 dans le gauche), d’où le terme pneumonie lobaire. Lorsque la pneumonie atteint aussi les bronches, on l’appelle bronchopneumonie.

La pneumonie désigne en fait des infections très diverses qui peuvent être sans gravité ou mettre la vie en danger. Ainsi, si une pneumonie apparaît en complication d’une maladie grave ou chez une personne âgée, elle peut être mortelle. Dans de très rares cas, une pneumonie peut aussi être mortelle chez une personne en bonne santé.

La maladie se manifeste généralement par une toux souvent accompagnée d’expectorations, d’essoufflement, de fièvre et des frissons. La pneumonie s’attrape le plus souvent comme une grippe ou un rhume, en inhalant des particules contaminées. Dans certains cas, elle survient après une autre infection respiratoire, comme une grippe ou une bronchite, qui « dégénère » et s’installe dans les alvéoles des poumons. Certains des symptômes peuvent durer plusieurs semaines. Elle est habituellement peu contagieuse.

Les symptômes de la pneumonie sont proches des symptômes du coronavirus (Covid-19). Pour en savoir plus, nous vous invitons à consulter notre rubrique Coronavirus. Le terme pneumopathie est parfois utilisé comme synonyme de pneumonie. En fait, dans l’usage médical, la pneumonie désigne une infection des poumons causée par un microbe (virus, bactérie), tandis que la pneumopathie est un terme plus large signifiant « maladie des poumons ». Il existe, par exemple, des formes de pneumopathies causées non pas par des microbes, mais par l’inhalation de produits irritants, de poussières ou l’usage prolongé de tabac. Leurs symptômes ressemblent à ceux de la pneumonie.

Quelles sont les causes de la pneumonie ?

Presque toutes les pneumonies sont causées par des germes, virus ou bactéries. Lorsque le microbe attaque les poumons, le corps réagit en déclenchant une réaction d’inflammation. Les alvéoles se remplissent de pus et de liquide inflammatoire, ce qui entraîne des difficultés respiratoires.

Le médecin doit faire une distinction entre deux modes de contraction de la pneumonie : la contraction en milieu hospitalier (pneumonies nosocomiales) et la contraction en dehors de l’hôpital (pneumonies communautaires ou « acquises dans la communauté »). Les pneumonies nosocomiales sont généralement plus dangereuses, car elles surviennent chez des personnes affaiblies par une autre maladie. À l’hôpital, la pneumonie est souvent transmise par les appareils de ventilation mécanique (intubation) dans les unités.

Les virus en cause

Les virus plus fréquents responsables de la pneumnie sont les virus influenza et parainfluenza, le virus respiratoire syncytial, les virus du rhume (rhinovirus), les virus de type herpès ou encore le virus du SRAS. Le virus de l’influenza, c’est-à-dire celui de la grippe, atteint parfois les alvéoles pulmonaires et cause ainsi une pneumonie virale. Par la suite, l’appareil respiratoire fragilisé par l’infection virale peut ouvrir la porte à une surinfection bactérienne potentiellement plus grave. D’autres causes plus rares de pneumonies :

  • La pneumonie d’aspiration se produit lorsqu’un peu du liquide contenu dans l’estomac est aspiré dans les poumons. Les bactéries présentes dans ce liquide atteignent alors les bronches et les alvéoles pulmonaires et causent une infection. Ce phénomène survient généralement après une anesthésie ou à la suite d’un trouble neurologique touchant le réflexe de déglutition ou en cas d’inhalation de ses vomissements, en raison d’une surconsommation d’alcool ou de drogue.
  • L’inhalation de certains produits toxiques (du kérosène, des vernis, des diluants à peinture, etc.) ou de moisissures (durant des travaux de construction, essentiellement chez des personnes dont le système immunitaire est affaibli par un traitement immunosuppresseur), ou encore une allergie à des produits employés en milieu professionnel peuvent causer une inflammation des poumons et des saignements. Ces conditions augmentent le risque de pneumonie et peuvent causer une pneumonie, une inflammation des poumons, d’origine non infectieuse.
  • La tuberculose peut se présenter sous la forme d’une pneumonie.
  • Des pneumonies causées par un parasite ou un champignon se rencontrent surtout chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli. L’aspergillose pulmonaire en est un exemple, tout comme la pneumocystose (causée par un parasite).

Qui est touché par la pneumonie ?

D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, en 2015, la pneumonie aurait été responsable de 15% des décès chez les moins de 5 ans. C’est donc une maladie dangereuse chez les jeunes enfants, c’est pourquoi l’OMS recommande la vaccination pour prévenir la pneumonie.

Diagnostic et traitement de la pneumonie

Le diagnostic de la pneumonie est clinique (le médecin entend des râles lors de l’auscultation pulmonaire), radiologique (radiologie du thorax qui montre des opacités – zones blanches sur la radiographie – plus ou moins diffuses dans les poumons) et biologique. Un examen cytobactériologique des crachats peut aussi être réalisé, mais le plus souvent il n’est pas indispensable. Le traitement diffère en fonction de la cause c’est-à-dire qu’une pneumonie bactérienne, une antibiothérapie doit être débutée le plus rapidement possible. Une hospitalisation est indispensable en présence de signes de gravité (altération de la conscience, atteinte des fonctions vitales…), ou de facteurs de risque de mortalité (âge > 65 ans et maladie chronique par exemple). Entre 15 à 20 % des personnes ayant une pneumonie à pneumocoque sont hospitalisées.

Prévention : le vaccin anti-pneumococcique et antigrippal

En prévention des pneumonies à pneumocoque, le vaccin anti-pneumococcique est recommandé aux adultes de plus de 65 ans, aux personnes ayant une pathologie chronique, immunodéprimées ou alcooliques.  Il doit être effectué tous les 5 ans. Ce vaccin est également recommandé chez tous les enfants de moins de deux ans. La vaccination comporte 2 injections à deux mois d’intervalle (la première injection dès l’âge de 2 mois) et un rappel à l’âge de 11 mois (3 injections et un rappel pour les prématurés et les nourrissons à risque élevé d’infection).  

Comment limiter la transmission de la pneumonie ?

Des mesures d’hygiène s’imposent afin d’éviter la propagation des agents infectieux :

  • Se laver les mains avant et après chaque contact avec le malade ;
  • Le malade doit se couvrir la bouche en cas de toux et/ou d’éternuements
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique ;
  • Les objets utilisés par le malade doivent être désinfectés ;
  • Pas de baisers avec le malade ;
  • Ne pas utiliser la brosse à dents du malade ;
  • Aérer le logement 20 minutes par jour.

Bibliographie

  • « Antibiothérapie par voie générale dans les infections respiratoires basses de l’adulte, Pneumonie aiguë communautaire, Exacerbations de Bronchopneumopathie Chronique Obstructive », 2010, Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), SPLF et SPLIF ( accessible en ligne).
  • « Etiology of community-acquired pneumonia and diagnostic yields of microbiological methods: a 3-year prospective study in Norway », 2015, Holter JC, Müller F, Bjørang O, Samdal HH, Marthinsen JB, Jenum PA, Ueland T, Frøland SS, Aukrust P, Husebye E, Heggelund L. BMC Infectious Diseases ( accessible en ligne).
  • « Pneumonie », Organisation mondiale de la santé (OMS) ( accessible en ligne

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *